Frédéric-Armand FEYDIT (15 avril 1908, Paris – 11 mai 1991, Paris )
Ֆրէտէրիք-Արման ՖԷՅՏԻ (15 ապրիլ 1908, Փարիզ – 11 մայիս 1991, Փարիզ)

Éloge par Léon Hatchikian : « Disparition d'une figure éminente »

Né à Paris, le 15 avril 1908, Frédéric Feydit suit ses études secondaires au Lycée Hoche de Versailles. A seize ans, il s'intéresse déjà aux études linguistiques, lorsqu'une famille arménienne vient habiter auprès de ses parents, et lui laisse à son départ Le Premier livre d'arménien de Kazandjian, et le Petit dictionnaire arménien-français de Yeghia Demirdjibachian. Il enseigne le français au Collège arménien Samuel Moorat de Sèvres, tout en suivant les cours d'arménien du professeur Macler à l'Ecole des Langues Orientales, du Père Mariés à l'Institut catholique et du professeur Meillet à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes. Diplômé des Langues O., le professeur Feydit se rend à Venise chez les Pères Mekhitaristes ; il y enseigne le français de 1933 à 1936, et poursuit ses études arméniennes.

Il épousera en 1937 une Arménienne de Milan, qui avait survécu au génocide. En 1938 il publie un mémoire sur l'historien arménien Heitoun, paru dans la revue Anahide, dirigée par Archag Tchobanian. Cet article le fait connaître des milieux arméniens. Il entre en 1941 au CNRS, qu'il quitte en 1949 pour occuper la chaire d'arménien des Langues O. Il collabore à plusieurs revues scientifiques, dont Pasmaveb, de Venise, et Hantés Amsorya, de Vienne. Parmi ses œuvres, citons Grammaire de la langue arménienne - dialecte occidental (1935), Manuel de la langue arménienne (1948), Amulettes de l'Arménie chrétienne (1986), ainsi que ses études sur les auteurs satiriques arméniens, Hagop Baronian et Yervant Odian ; de ce dernier, il a publié une traduction du Camarade Pantchouni.

Son œuvre majeure restera sans aucun doute sa traduction de l'épopée arménienne David de Sassoun, publiée en 1964 sous l'égide de l'UNESCO. Frédéric Feydit avait épousé la cause arménienne : en 1965, de même qu'il était intervenu vigoureusement lors de l'attaque de Lucien Rebatet dans l'hebdomadaire fasciste Je suis partout du 23 février 1937, il publia dans le journal Le Monde un remarquable article à l'occasion du cinquantième anniversaire du génocide de 1915, article traduit en plusieurs langues et maintes fois reproduit. La grande silhouette de l'arméniste Frédéric-Armand Feydit manquera aux Arméniens comme ils lui manquent là où il se trouve maintenant : Tant il les aimait !

Léon Hatchikian, Bulletin de l'ACAM, numéro 12, 1991

voir dans la bibliographie de notre site les ouvrages de Frédéric FEYDIT >>

 

Page 2 sur 2

«DébutPrécédent12SuivantFin»
Copyright © 2017 Collège Dictionnaires Machtotz France (CDMF). Tous droits réservés.