Transcription phonétique

Règles générales de transcription

Afin de faciliter la lecture des caractères arméniens, nous avons ajouté une commande de transcription de l’arménien vers l’alphabet français. Pour cette transcription, nous avons suivi, en grande partie, les recommandations de la « Revue du Monde Arménien moderne et contemporain » que nous rappelons ci-après :

³ µ · ¹ » ½ ¿ Á Ã Å Ç É Ë Í Ï Ñ Ó Õ × Ù Û Ý ß á ã å ç é ë í ï ñ ó õ ÷ ù û ý
a p k t é z é e t j i l kh dz g h tz gh dj m h n ch o tch b dch r s v d r ts v p k o f
                                      y     vo                            
ayp pen kim ta yetch za é eut to ini lün khé dza guén ho tza ghad djé men hi nou cha vo tcha dché ra vév dün tso hün pür o

Mais nous avons pris les dispositions suivantes afin d'attirer l'attention du lecteur sur les sons «r» particuliers des trois lettres Ë, Õ, é :

Ë par Kh au lieu de kh
Õ
par Gh au lieu de gh
é
par R au lieu de r, lequel trancrit la lettre ñ.

Pour attirer aussi l'attention du lecteur sur le fait que, par exemple, «dj» transcrit la seule lettre ×, nous l'avons représentée par «Dj». Ainsi donc lorsqu'une lettre majuscule hormis R précède une consonne, l'ensemble se lit comme une seule lettre.

 

Règles pour faciliter la lecture de la transcription

En ce qui concerne la prononciation des lettres françaises rappelons que :


Pour la voyelle e

•  lorsqu'un «e» est présent dans une transcription, il se lit toujours «e» (comme le a de l'anglais dans about) et jamais «é», par exemple tech se lit t«eu»ch et pas ték, ainsi

Exemples

 zezvil (½½áõÇÉ - être dégoûté) se lit zeuzvil et pas zézvil
chedguél (ßïÏ»É - arranger) se lit cheudkél et pas chédkél

 

•  lorsqu'un «e» est présent en tête d'un mot, il se lit toujours «e» et jamais «é», ainsi

Exemples

esbasél (ëå³ë»É - attendre) se lit eusbassél et pas ésbassél
ezkésd (½·»ëï - vêtement) se lit euzkésd et pas ézkésd
echdab (ßï³å - hâte) se lit euchdab et pas échdab

•  toutes les consonnes se lisent et, lorsqu'il y a plusieurs consonnes qui se suivent, tout se passe, en simplifiant, comme s'il y avait formation de syllabes avec des «e» intercalaires en situation «muette» (non notée mais lue).
Il faut notamment faire attention lorsque par exemple une lettre dentale précède un r; ainsi ¹ñ³óÇ (voisin) se transcrit tratsi mais doit se lire t«e»ratsi et non pas tratsi comme dans travail ou encore ÏñÍ»É se transcrit grdzél et se lit gu«e»rdzél et non pas gredzél;

•  nous n'avons généralement pas ajouté le «e» intercalaire, cependant les transcriptions dz, tz, dj, tch, dch, ts des lettres Í, Ó, ×, ã, ç, ó se lisent sans «e» entre les lettres; pour éviter toute confusion, nous avons donc mis en majuscule la première lettre des transcriptions citées ci-dessus et rajouté un «e» lorsque l'arménien était écrit avec deux lettres donnant la même combinaison.

Exemples

TchnTchin (ãÝãÇÝ - insignifiant) se lit tch«e»ntchin
technami (ÃßݳÙÇ - ennemi) se lit t«e»chnami, attention pas teknami et n'est pas transcrit tchnami (qui se lirait tch«e»nami)

dejkounil (ïÅ·áõÝÇÉ - pâlir) se lit d«e»jkounil
Djknil (×·ÝÇÉ - s'efforcer) se lit djeknil

 


Pour le h

Il s'agit toujours d'un h aspiré, sauf dans la combinaison ch.


Pour le ch

Le c ne se trouve jamais seul dans une transcription, il est toujours suivi de h.
Il se lit toujours «che» comme dans «cheval» et jamais «k» comme dans «technique».


Pour le s

Il se lit toujours «s» comme dans «sage» et jamais «z» comme dans «base».


Pour la combinaison gn

Elle ne se lit pas «nye», aussi nous avons pris la convention suivante : on remplace gn par guen (lire gu«e»n et pas guén).

Exemples

³Ý³ÏÝÏ³É (imprévu) se transcrit anaguengal

³ÝѳëÏݳÉÇ (incompréhensible) se transcrit anhasguenali et se lit anhasgu«e»nali (sans notre convention on aurait anhasgnali et une tendance à lire anhasnyali).


Retour au menu

Copyright © 2017 Collège Dictionnaires Machtotz France (CDMF). Tous droits réservés.